1563 définitions dans le glossaire.

Chercher une définition :
Chercher par première lettre : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z #

Afficher toutes les définitions

Administration

MOTDEFINITION
Machrek
Pays du Soleil levant, partie orientale de l’empire arabo-musulman (de l’Égypte à l’Irak) par opposition au Maghreb, pays du soleil couchant.

Magie
Art de produire, par des procédés occultes, des phénomènes inexplicables ou qui semblent tels.

Magistère
Autorité exercée par le pape et ses évêques dans la conduite de l’Église.

Mahdî
Islam. Bien guidé. Sauveur. Messie.

Mahzor
Judaïsme. Littéralement « cycle », par extension, ce terme désigne des fêtes de l'année et, depuis le Moyen-Age, également le rituel qui renferme les prières et les poésies liturgiques lues pendant l'office des fêtes.

Maigre (faire)
Ne manger ni viande ni aliment gras. c'est un vendredi que Jésus est mort, il fallait faire pénitence ce jour-là pour s'associer à la douleur de sa passion. or, la viande a été pendant longtemps un plat de choix : s'en priver, c'était un acte de renoncement. dans le même esprit, on s'abstenait de viande durant tout le temps du carême. (...) aujourd'hui la règle a été simplifiée : pour les catholiques, il est seulement demandé de ne pas manger de viande le mercredi des cendres et les vendredis de carême,

Maimbour
Du germanique mund ; latinisé en mundeburdium. Protection d'un puissant sur celui qui se met en sa dépendance.

Main d'œuvre
Service dû au propriétaire foncier par les tenanciers des manses.

Mainmortable
Se disait d'un serf sujet au droit de mainmorte.

Mainmorte
Impossibilité, pour un individu, de transmettre librement son héritage. droit pour le seigneur d'hériter, en totalité ou en partie, de cet héritage. taxe payée dans ce cas au seigneur, par les héritiers, pour disposer des biens du défunt.

Maire du Palais
A l'origine, responsable de la maison du roi, chargé d'approvisionner la table royale et de superviser l'administration des domaines royaux. Le maire (major domus) dirige les officiers du palais, à l'origine "domestiques". Il devient au VIe siècle le principal personnage du royaume après le roi. Peu à peu, les derniers maires du palais mérovingiens accaparèrent les prérogatives royales et la fonction devint héréditaire : de la mainmise sur l'organisation économique de la cour, ils passent insensiblement au commandement de la garde du roi, à la tutelle de ses recommandés, à la présidence de son tribunal. La charge devenue héréditaire dans la main des Pippinides leur permit d'accéder à la royauté.

Malekite
Islam. Ou Malikite. Désigne une des écoles de droit sunnite fondée par Malik ibn Anas (mort en 795) à Médine. Elle présente la particularité de faire une très large place à la coutume locale dans l'élaboration doctrinale. Rite très répandu en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne. Le malikisme se signale par son attachement à la lettre et à son hostilité envers une interprétation rationnelle plus profonde du Coran. Cette doctrine devint la forme sunnite dominante du monde musulman sunnite en Ifriqiya.

Malikites
Islam. Voir sunnisme

Malipiero, Pasqual
Doge de Venise, de 1457 à 1462

Mall
Tribunal public.

Mamelouks
Dynastie d'esclaves-soldats comparable aux Janissaires. Ils régnèrent sur l'Egypte de 1250 à 1811.

Manant
De l'ancien français maneir, demeurer, du latin manere. Désignait un paysan, un vilain ou un habitant d'un village par opposition à l'habitant d'un bourg.

Mandorle
Cadre en forme d'amande dans lequel apparaît le Christ en majesté.

Manichéen
Voir manichéisme

Manichéisme
La doctrine fondamentale du manichéisme est sa division dualiste de l'univers, divisé en royaumes du bien et du mal : le royaume de lumière (esprit) où règne dieu, et le royaume des ténèbres (matière) où règne satan. à l'origine, les deux royaumes étaient complètement séparés, mais à la suite d'une catastrophe, le royaume des ténèbres envahit le royaume de lumière, ils se mélangèrent et entamèrent une lutte perpétuelle. la race humaine est à la fois résultat et microcosme de ce conflit. le corps humain est matériel, donc mauvais, mais l'âme humaine est spirituelle, morceau de la lumière divine, et doit être rachetée de son emprisonnement dans le corps et le monde. Le chemin de la rédemption passe par la connaissance du royaume de lumière, communiquée par les prophètes, Zarathushtra (zoroastrisme ou mazdéisme), bouddha, Jésus et mani (le dernier). grâce à cette connaissance, l'âme humaine peut vaincre les désirs matériels qui l'emprisonnent et atteindre le royaume divin.

Manipule
Du latin manipulus qui signifie poignée . bande d'étoffe de la même matière et de même couleur que la chasuble, portée au bras gauche par le prêtre, le diacre et le sous-diacre, du 9ème siècle jusqu'au concile Vatican II. à l'origine, le manipule se portait sur la main gauche avant de remonter sur le même bras à partir du 9ème siècle. il est réservé aux ordres majeurs et ne se porte qu'avec la chasuble ou la dalmatique.

Manse
Du latin mansus. Centre d'exploitation rurale: maison, bâtiments, annexes, enclos. Exploitation rurale complète: bâtiments, champs, prés et tous droits d'usage. Cette exploitation rattachée à un domaine. Étendue de terrain équivalent à l'étendue moyenne d'un manse. Le manse est une parcelle habitée par le "manant" (du lat. manere) dans sa maison (mansio) ou mas. C'est le centre d'une petite exploitation agricole, utilisée pour la répartition des redevances et des services. À l'origine l'étendue du manse variait en fonction de la qualité du tenancier. La superficie arable et l'équipement du manse devaient permettre à une famille paysanne de se nourrir et d'acquitter les charges dues au propriétaire foncier. A l'époque carolingienne, le manse est une unité foncière servant d'assiette aux perceptions domaniales. Le manse carolingien est grevé de services en travail sur la réserve du maître ainsi que de redevances en nature et en argent.

Le manse est l’unité d’exploitation qui est institué à partir des Carolingiens. Il comprend la maison et ses dépendances, le jardin et la quantité de terre cultivable par une famille (10 à 20 hectares). On distingue trois sortes de manses:

1. Manses serviles: détenus par les serfs.
2. Manses lidiles: détenus par les affranchis.
3. Manses ingénuiles: détenus par les paysans libres.

Mantelet
Manteau de prélat, sans manches, fendu par-devant, tombant jusqu'aux genoux. ex. : mantelet violet (d'évêque), rouge (de cardinal).

Manuscrits de la mer morte
Collection de manuscrits hébreux et araméens dont la découverte s'est échelonnée entre 1947 et 1956 dans onze grottes situées à l'extrémité nord-ouest de la mer morte, dans la région de Qumran (Jordanie).

Manuterge
Petit linge dont se sert le célébrant pour s'essuyer les mains après le lavabo pendant la messe.

Maqâmât
Islam. Chez les mystiques « étapes » vers dieu. . Titre d’un célèbre ouvrage en prose rimée, les « Séances » de al-Harîrî (1122).

Marc
Auteur du deuxième livre du nouveau testament. de nombreux spécialistes pensent que cet évangile a été écrit par un des tout premiers chrétiens nommé marc, qui s'inspira de nombreuses traditions pour composer son récit. (...) l'évocation au chapitre 13 de la destruction de Jérusalem comme un événement imminent ou récent tend à prouver que l'évangile a été rédigé aux environs de 70 apr. j.-c. .

Marcello, Nicolo
Doge de Venise, de 1473 à 1474

Marcianites
Voir Messaliens

Marciens
Voir Messaliens

Marcion
Marcion du Pont ou de Sinope, hérésiarque de la fin du Ier siècle et de la première moitié du IIe siècle. Condamné comme hérétique par l’Église sous le pontificat de Pie Ier et chassé de l’Église de Rome, il fonde une Église dissidente.
La doctrine de Marcion reposait sur une lecture très partielle du message chrétien, à savoir les épîtres de Paul, où il trouva une opposition entre la Loi et l’évangile, entre la Justice et la foi en Jésus-Christ. Il pensait que Jésus avait abrogé la Loi pour la remplacer par celle de l’évangile, donc que le père de Jésus était différent du dieu de l’Ancien Testament.
Marcion rejetait donc en bloc l’Ancien Testament comme écriture inspirée et ne retenait qu’une partie de l’Évangile selon Luc et dix épîtres de Paul
Par cette sélection, Marcion poussa l’Église à se poser la question du canon, ce qui aboutira, lors du concile de Trente (1545) à l’établissement de la liste des 27 livres du Nouveau Testament tel que nous le connaissons actuellement.

Marcosiens
Secte gnostique (hérétique) - Le système des marcosiens n'est autre que celui de Valentin, revu et augmenté par son disciple Marc. Tandis que les valentiniens expliquaient la création par l'émanation de couples (ou syzygies) d'éons procédant successivement du principe premier, les marcosiens, se basant sur ce que la Bible dit que Dieu a créé le monde par sa parole, attribuèrent à la parole même de Dieu, aux mots dont il s'était servi, une faculté créatrice.

Marguillier
Du latin matricularius, garde-rôle. Le marguillier avait, dans chaque paroisse, la charge du registre où étaient inscrits les pauvres secourus pour l'Église.

Marie
Mère de Jésus. v. immaculée conception, sainte vierge. dès le ii° siècle, les chrétiens vénéraient marie en l'appelant mère de dieu, nom qui affirmait le caractère divin de Jésus. en 431, un dogme fut proclamé par le concile d'Éphèse en réaction contre l'hérésie du moine syrien Nestorius, lequel envisageait la séparation de l'homme et de dieu, faisant de marie la mère de l'homme-Jésus (voir nestorianisme).

Marie madeleine
(lat. magdalena, femme de Magdala) Marie de Magdala.

Marin Ier
Né à Gallese (Latium). Pape du 16 décembre 882 au 15 mai 884. Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il y a eu confusion entre Marin et Martin, ce qui nous vaut aujourd'hui de sauter de Martin 1er à Martin IV !

Marin II
Né à Rome. Pape du 30 octobre 942 au 25 janvier 946. Tout ce qu'on sait de lui, comme de Marin 1er, c'est qu'il y a eu confusion entre Marin et Martin, ce qui nous vaut aujourd'hui de sauter de Martin 1er à Martin IV !

Maronite
L'Église syro-maronite a vu le jour dans le diocèse d'Orient de l'Empire romano-byzantin ; elle joua un rôle primordial dans les débuts du christianisme. Établie au Liban au viiie siècle, suite à un différent avec le basileus Justinien II, elle devint indépendante. Elle se réclame de Saint-Maron. Le centre de cette Église se situe au Mont Liban.

Martin Ier
Pape du 5 juillet 649 au 10 août 654. Né en Toscane. Sa condamnation du monothélisme de l'empereur d'Orient lui vaut arrestation, détention, condamnation à mort (commuée) et déportation.

Martin IV
Pape du 22 février 1281 au 28 mars 1285. Français. Après un conclave de plus de 6 mois, il est imposé par la France, et lui sera totalement inféodé.

Martin V
Pape du 11 novembre 1417 au 20 février 1431. Né près de Rome. Il met fin au Grand schisme d'occident et fonde l'université de Louvain. - Antipape(s) : Benoît XIII (28.09.94 - 1423), Clément VIII (17.06.23 - 26.07.29), Benoît XIV, Garnier (1424-1430)

Martyr
(grec martur, témoin (de dieu)) personne qui a souffert la mort pour avoir refusé d'abjurer la foi chrétienne, et par ext. une autre foi.

Martyre
La mort, les tourments qu'un martyr endure pour sa religion, sa foi.

Martyrium
Tombe d'un martyr ou d'un saint dans un sanctuaire. Par extension, nom donné à l'édicule, la chapelle ou la crypte contenant ce tombeau.

Martyrologe
Le mot martyrologe désigne à l'origine un livre liturgique, recueil de brèves notices sur les saints à fêter. le martyrologe chrétien peut également contenir des prières de bénédiction ou de consécration. le mot ne signifie pas seulement liste des martyrs mais liste des personnages reconnus saints par l'église, personnages qui ont porté témoignage de leur foi chrétienne.

Massaliens
Secte gnostique (voir Messaliens)

Massorah
Judaïsme. De l'hébreu massorah, littéralement tradition. Désigne l'ensemble des indications établi au viiie siècle pour garantir la transmission correcte du texte de la Bible. Dans les manuscrits bibliques du Moyen-Age, les annotations massorétiques sont habituellement copiées dans les marges verticales et horizontales.

Mastropiero, Orio
Doge de Venise, de 1178 à 1192

Matines
(lat. ecclés. matitunae (vigiliae), veilles matinales) office nocturne, la plus importante et la première des heures canoniales. v. vigile. ex. : les matines sont généralement chantées entre minuit et le lever du jour.

Matricule
Registre des pauvres soutenus par une église ou un monastère.

Matsa
Judaïsme. (Plur. Matsot) Pain azyme pour la fête de pâque juive, c'est à dire sans levain, que les israélites font cuire la veille, en mémoire du repas que leurs ancêtres avaient fait, en quittant l'egypte.

Matthieu
Auteur du premier livre du nouveau testament. l'époque de rédaction souvent suggérée se situe aux environs de 80 apr. j.-c.

Mawlid
Islam. Mot francisé en mouled, ou mouloud : Anniversaire de la naissance du Prophète, d’un membre de sa famille ou d’un saint.

Mea-culpa
(latin par ma faute) faire (ou parfois dire) son mea-culpa : avouer sa faute, s'en repentir.

Mécréant
1) qui ne professe pas la foi considérée comme vraie 2) (par ext.) qui n'a aucune religion.

Méditation : oraison mentale. ex.
Entrer en méditation.

Megillah
Judaïsme. Littéralement « rouleau », désigne tout manuscrit, y compris la Bible*, écrit sous la forme de rouleau. On désigne par ce terme plus particulièrement les cinq livres hagiographiques dont la lecture fait partie de la liturgie des fêtes : le Cantique des Cantiques, lu à la Pessah ; le Livre de Ruth, lu à la fête des semaines ; les Lamentations de Jérémie, lu le 9 du mois d'av, l'anniversaire de la destruction du Temple de Jérusalem ; l'Ecclésiaste, lu lors de l'office de Soukhot*, et le livre d'Esther est lu lors de la célébration de la fête de Pourim.

Meis
Du latin mansus. Mot dialectal repris par les historiens pour désigner, au moment du fractionnement des manses, aux XIe-XIIe siècles, la partie centrale séparée du reste.

Melkites
Egalement connus sous le nom de grecs-catholiques, les melkites sont des chrétiens de rite orthodoxe qui acceptent l'autorité de Rome, mais dépendent des patriarcats d'Alexandrie, Jérusalem et Antioche. Langue liturgique employée le Grec.

Menorah
Judaïsme. Mot hébreu désignant le chandelier à sept branches, un des principaux objets du culte hébraïque, symbole du peuple juif.

Mense
La mense est le revenu destiné à l’entretien d’une personne ou d’une communauté religieuse. La mense d’un évêché est composée de la mense épiscopale qui revient à l’évêque et de la mense capitulaire qui revient aux chanoines et qui est divisée en autant de prébendes que de membres. Au niveau monastique, la mense abbatiale revient à l’abbé alors que la mense conventuelle revient aux moines.

Méphistophélès
Lucifer, personnage de la légende de Faust

Mer morte
Manuscrits de la mer morte. collection de manuscrits hébreux et araméens dont la découverte s'est échelonnée entre 1947 et 1956 dans onze grottes situées à l'extrémité nord-ouest de la mer morte, dans la région de Qumran (Jordanie).

Messaliens
Secte gnostique (hérétique) - La secte des messaliens (ou massaliens) apparut en Asie Mineure vers le milieu du IVe siècle. On les appelait aussi euchites ou euthites (du mot grec correspondant au mot syriaque : celui qui prie) ou eustathiens, adelphiens, marcianites ou marciens d’après les noms de leurs porte-parole les plus connus : Adelphius, Eustathe et Marcien. Ils se nommaient eux-mêmes : les "spirituels". Leur mythologie est très proche de celle de beaucoup d’autres sectes gnostiques. Satan, qui était le fils aîné de Dieu, s’est, dans son orgueil, révolté contre son père. Expulsé du ciel, il a créé le monde matériel, qui est donc nécessairement mauvais. Ce mythe cosmogonique a probablement influencé les doctrines bogomiles. Les messaliens priaient sans cesse (seule oraison : le « Notre Père ») pour expulser le mauvais démon qui, selon eux, réside dans l’âme de chacun et qui doit sortir par les liquides de la bouche et du nez. Une fois libérés du démon, ils se regardaient comme unis avec le Saint-Esprit et incapables de commettre des péchés. Ils rejetaient l’Ancien Testament comme la plupart des sectes dualistes, ne vénéraient pas la Vierge, se refusaient à honorer la Croix (moyen de supplice du Christ et non pas symbole de la Rédemption) et ne croyaient pas à l’efficacité des sacrements.

Messe
(latin missa, de mittere envoyer, d'après ite (allez) missa est) dans la religion catholique, sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ sous les espèces du pain et du vin, par le ministère du prêtre et suivant le rite prescrit.

Messianisme
Judaïsme. Croyance en, et attente de, l’advenue d’une ère de rédemption dont la figure inaugurale et centrale est le Messie. Mashiah, en hébreu, signifie littéralement "oint". Dans la Bible, ce terme peut s’appliquer à tout homme investi d’une mission divine, ayant reçu l’onction d’huile sainte. Ainsi le grand prêtre ou le roi. C’est pendant la période du Second Temple qu’il en vient à désigner un personnage eschatologique, libérateur d’Israël apparaissant à "la fin des jours". Dans l’imaginaire juif, l’avènement de l’ère messianique est associé à des cataclysmes, guerres, révolutions, fléaux divers, et certaines crises historiques ont parfois été interprétées par les exégètes juifs comme les signes de l’"enfantement" du Messie.

Messie
(latin ecclés. messias, hébreu mâschîakh, de l'araméen meschikhâ, oint (du seigneur), traduit en grec par khristos, Christ) libérateur désigné et envoyé par dieu. ex. : attente d'un messie. v. messianisme. spécialement. le messie : Jésus-Christ. seconde venue du messie, v. parousie. v. sauveur

Métairie
Propriété foncière exploitée selon un contrat de métayage.

Métaphysique
Recherche rationnelle ayant pour objet la connaissance de l'être absolu, des causes de l'univers et des principes premiers de la connaissance.

Métayage
Contrat d'exploitation agricole dans lequel le propriétaire d'un domaine rural le loue au métayer en échange d'une partie des fruits et récoltes.

Mezouzah
Judaïsme. Petit rouleau de parchemin, contenant certains passages de la Bible (Deutéronome. VII, 9 ; XI, 20), fixé sur les montants des portes d'une habitation juive. L'usage désigne par le même terme l'étui, souvent ouvragé, qui protège le parchemin.

Miaphysisme
Doctrine sur la nature du Christ qui soutient que les deux natures (humaine et divine) coexistent en lui, mais que la nature divine est prépondérante.

Miaphysiste
Voir miaphysisme

Michel
Dans la bible, ange gardien d'Israël, chef des anges et l'un des sept archanges. en hébreu, Michel signifie qui est comme dieu. nombreux sont les penseurs juifs qui ont vu dans Michel l'image de dieu et de son messie. les esséniens le considéraient comme un grand prêtre céleste. appelé Saint Michel dans les églises chrétiennes, il est l'un des sept archanges dont il est question dans le judaïsme, le Christianisme et l'islam. Michel est supposé être le chef des anges (Daniel x, 13-21, xii, 1) et l'ange gardien d'israël. dans l'apocalypse de jean (12, 7), Michel et ses anges combattent le dragon, appelé aussi Satan, et celui-ci est chassé du ciel avec ses mauvais anges. le livre d'Hénoch fait de Michel celui qui soutient l'univers. dans le talmud, ses relations avec les autres anges sont comparées à celle du grand prêtre avec Israël sur terre, il est considéré comme le législateur direct qui s'adresse à moïse sur le mont Sinaï (actes des apôtres, vii, 38).

Michele, Domenico
Doge de Venise, de 1117 à 1130

Michele, Vital II
Doge de Venise, de 1156 à 1172

Midrash
Judaïsme. Mot hébreu, de darash, scruter. Commentaire rabbinique de la Bible ayant pour but d'expliciter divers points juridiques ou de prodiguer un enseignement moral en recourant à divers genres littéraires, tels que légendes, paraboles, récits.

Mihrab
Islam. Mot arabe désignant une niche servant à indiquer la direction de La Mecque dans une mosquée.

Mime
Récit ou discours burlesque, déclamé et joué par un acteur.

Minaret
(turc menâret, arabe mandra, phare) tour d'une mosquée du haut de laquelle le muezzin invite les fidèles musulmans à la prière.

Mine
Mesure de capacité variable pour les grains et les farines.

Ming
Dynastie qui régna en Chine de 1368 à 1644. Elle fut renversée par les Mandchous.

Miniature
Ne vient pas du latin minimum (petite taille) mais de miniare c'est-à-dire dessiner à l'aide de minium, oxyde de plomb orange. A l'origine, on utilisait ce pigment pour les titres et les initiales. Il désigne aujourd'hui l'illustration indépendante des autres éléments décoratifs tels que les bordures ou les lettrines.

Minimes
Ordre religieux fondé vers 1450 par Saint François de Paule (1416-1507).

Ministère
Sacerdoce. ex. : le ministère du prêtre.

Ministérial
Originairement le membre de la familia d'un propriétaire, donc esclave, mais ayant certaines charges, donc certaines compétences (maire, artisan, doyen). Le ministérial désigne ensuite: un serviteur domestique (libre ou non), souvent spécialisé dans un métier ou un officier subalterne détenteur d'une part de l'autorité publique ou encore un agent seigneurial ayant une fonction de police ou d'administration. ou enfin une catégorie de serfs chargés de services privilégiés, avant tout le service militaire; ils forment en Allemagne (XIe siècle) une classe héréditaire dont les membres sont généralement chevaliers et dont les éléments supérieurs accèdent à la noblesse.

Ministre
(latin minister, serviteur) celui qui a la charge (du culte, divin), agit au nom de dieu. spécialement, pasteur protestant.

Miracle
Du latin miraculum, prodige. Le terme apparu à la fin du XIe siècle designe un genre dramatique médiéval de forme généralement brève, il fut éclipsé par la vogue du mystère.

Miséricorde
Pitié par laquelle on pardonne au coupable. v. clémence, indulgence, pardon.

Missaticum
Région d'inspection des missi dominici chargés par le roi ou l'empereur de multiples tâches, parmi lesquelles le contrôle des fonctionnaires locaux. Un missaticum comprend en général plusieurs pagi.

Missel
(lat. missalis liber, livre de messe) livre liturgique qui contient les prières et les lectures nécessaires à la célébration de la messe pour l'année entière, avec l'indication des rites et des cérémonies qui les accompagnent. v. paroissien.

Missi Dominici
Envoyés, représantants du pouvoir central carolingien, chargés de surveiller les autorités locales; ils vont généralement deux par deux: un laïc (comte) et un ecclésiastique (évêque). Leur tournée d'inspection se fait dans un missaticum regroupant plusieurs comtés.

Mistral
Collecteur d'impôts, qui percevait le tiers des produits des actes de justice relatifs aux habitants du mandement. Cette charge est héréditaire et peut passer à une femme par héritage. Le mistral touche des revenus proportionnels aux recettes de la châtellenie. Son intérêt étant que celles-ci soient les plus élevées, il empêche le châtelain de détourner des fonds et donc de léser le Dauphin. Le mistral devait veiller au bon état des chemins, il devait entretenir les moulins delphinaux qui dépendaient de sa mistralie et quand une réparation était nécessaire, le mistral avait le droit, avec l'assentiment du châtelain, de prendre des troncs de chênes dans la forêt de Servette.

Mistralie
Partie du mandement sur lequel le mistral exerçait son office.

Mitre
Haute coiffure triangulaire de cérémonie portée par les prélats et, notamment, par les évêques. ex. : recevoir la mitre, être nommé évêque.

Mitsva
Judaïsme. (Plur. Mitsvot) commandement, dont le nombre est fixé à six cent treize dans le judaïsme ; par extension : bonne action.

Mocenigo, Giovanni
Doge de Venise, de 1478 à 1485

Mocenigo, Pietro
Doge de Venise, de 1474 à 1476

Mocenigo, Tommaso
Doge de Venise, de 1413 à 1423

Moine
(lat. ecclés. monachus, grec monos, solitaire, seul) religieux chrétien vivant à l'écart du monde, soit seul (anachorète, ermite), soit le plus souvent en communauté, après s'être engagé par des vœux à suivre la règle d'un ordre.

Moines blancs
Désignent les chanoines qui suivent une règle et les cisterciens.

Moines noirs
Désigne les bénédictins (VIe siècle).

Monaitaire
Fonctionnaire royal, puis serviteur d'un grand, laïc ou ecclésiastique, qui frappe monnaie.

Monastère
Établissement où vivent des religieux ou des religieuses appartenant à un ordre quelconque : abbaye, prieuré, commanderie, chartreuse, couvent, ermitage. le monastère est constitué par l'ensemble des bâtiments qui servent à la prière (église, cloître), à l'étude (bibliothèque, scriptorium), à l'habitat (dortoir, réfectoire) et aux activités économiques (cellier, forge, moulin, ateliers, colombier, etc.).

Monegario, Domenico
Doge de Venise, de 756 à 764

Mongols
Peuples nomades d'Asie centrale qui fondèrent au XIIIe siècle l'un des plus vastes empires territoriaux.

Moniale
Nom qui désigne les religieuses, l’équivalent de moine au féminin.

Monochotomie
Théorie selon laquelle l'être humain est un tout indissociable, qui ne peut être divisé en plusieurs parties.

Monogramme
Réunion en un seul signe de plusieurs lettres d'un nom propre royal. Apposé au bas d'un diplôme royal en signe de validation, il tient lieu de signum.

Monophysisme
Le monophysisme (du grec [mono] une seule et [füsis] nature) est une doctrine Christologique apparue au ve siècle dans les écoles théologiques de l'empire byzantin. les monophysites, en revanche, affirment que le fils n'a qu'une seule nature et qu'elle est divine, cette dernière ayant absorbé sa nature humaine. ils rejettent la nature humaine du Christ. cette doctrine a été condamnée comme hérétique lors du concile de Chalcédoine en 451

Monophysite
Voir monophysisme

Monothélisme
Par sa doctrine, le monothélisme ou monothélitisme (du grec monos , seul et thelein , vouloir), Sergius, patriarche de Constantinople de 610 à 638, essaie, en 619, de concilier le monophysisme et l'orthodoxie : il y a bien deux natures dans le Christ (la divine et l'humaine) mais une seule énergie, une seule volonté, théandrique, c'est-à-dire qui soit à la fois divine et humaine. condamné par le vie concile œcuménique de Constantinople en 680.

Monothéliste
Voir monothélisme

Monothélitisme
Par sa doctrine, le monothélitisme ou monothélisme (du grec monos , seul et thelein , vouloir), Sergius, patriarche de Constantinople de 610 à 638, essaie, en 619, de concilier le monophysisme et l'orthodoxie : il y a bien deux natures dans le Christ (la divine et l'humaine) mais une seule énergie, une seule volonté, théandrique, c'est-à-dire qui soit à la fois divine et humaine. Condamné par le 3ème concile œcuménique de Constantinople en 680.

Monothélitiste
Voir monothélitisme

Montanisme
Doctrine née au 2ème siècle, élaborée par montanus. les montanistes, également appelés cataphrygiens (ou cataphryges), pépuziens et quintilliens (ou quintillianistes), disaient que le retour du Christ était imminent et que ceux qui n'étaient plus touchés par la grâce ne pourraient pas être sauvés. pour se préparer à cette venue, il fallait pratiquer un ascétisme rigoureux, multiplier et prolonger les jeûnes, s'abstenir de viande et de vin, la continence parfaite était recommandée, et les secondes noces absolument prohibées. le pardon de l'église était refusé aux péchés graves. Les montanistes fuyaient la vie séculière, consacrant leurs efforts à la préparation du retour du Christ. ils enseignaient à leurs adeptes de rechercher la persécution et même le martyre. Montanus tenta d'introduire, dans le nouveau testament, des œuvres personnels qu'il prétendait inspirées. la doctrine est officiellement condamnée par le pape Zéphyrin au 2ème siècle, elle se fond dans le novationnisme.

Montaniste
Voir montanisme

Morisco
Musulman baptisé qui, après la conquête, resta en Espagne.

Moro, Cristoforo
Doge de Venise, de 1462 à 1471

Morosini, Domenico
Doge de Venise, de 1148 à 1156

Morosini, Marino
Doge de Venise, de 1249 à 1252

Morosini, Michele
Doge de Venise, de 1382 à 1382

Mort noire
Nom donné à l'épidémie de peste bubonique qui ravagea l'Asie et l'Europe au XIV siècle.

Mortification
Privation, soufFrance que l'on s'impose dans l'intention de racheter ses péchés, de se préserver de la tentation.

Mosquée
(it. moschea, de l'arabe masdjid, endroit où l'on adore) sanctuaire consacré au culte musulman.

Motu proprio
En diplomatique vaticane, un motu proprio (du latin, de son propre chef ) est une lettre apostolique émise par le pape de sa propre initiative. un motu proprio est signé personnellement, en latin, par le pape. il n'est ni scellé ni contresigné. il est ordinairement rédigé en latin ou en italien. il est composé de deux parties : un exposé des motifs et une énumération des mesures décrétées

Moudjadhidin
(combattant de la guerre sainte) combattants d'une armée de libération islamique.

Mozarabe
Chrétien soumis à l'Espagne musulmane mais conservant sa religion, son organisation ecclésiastique et judiciaire.

Muezzin
(turc muezzin, de l'arabe mo'adhdhin, qui appelle à la prière) fonctionnaire religieux musulman attaché à une mosquée et dont la fonction consiste à appeler du minaret les fidèles à la prière.

Musulman
(arabe moslem, fidèle, croyant) qui professe la religion de mahomet. adepte de l'islam.

Mystagogie
Avec ce mot de mystagogie, en relation avec le terme de mystère, on désigne plus particulièrement maintenant le temps qui suit la réception des sacrements de l'initiation chrétienne, pendant le temps pascal, notamment, il est proposé aux nouveaux chrétiens d'entrer plus intimement dans le mystère pascal, avec un cœur renouvelé, par un approfondissement des rites accomplis sur eux au cours de la nuit de pâques. cet approfondissement se fait à la fois par une catéchèse appropriée (dans l'église des premiers temps, c'était l'évêque lui-même qui assurait cette catéchèse pour les néophytes) et surtout par la pratique régulière de l'eucharistie, sacrement qui nourrit véritablement la vie chrétienne.

Mystère
Dogme révélé inaccessible à la raison. quatre mystères de la religion catholique : trinité, incarnation, rédemption, résurrection

Mysticisme
1) ensemble des croyances et des pratiques se donnant pour objet une union intime de l'homme et du principe de l'être (divinité). 2) foi, dévotion fervente à caractère mystique, intuitif.

Mystique
Personne qui s'adonne aux pratiques du mysticisme, et par extension qui a une foi religieuse intense et intuitive. v. illuminé, inspiré.